1er tour de la presidentielle 2017, Marine Le Pen s’adresse au peuple

Au soir de ce premier tour de la présidentielle 2017, où Marine Le Pen est qualifiée pour le second tour, il n’aura fallu que quelques secondes pour que, sur tous les plateaux TV, la haine des politiciens du système déferle contre le Front National. Inutile de vous donner à revoir toutes les vidéos de ce panel de politiciens usés, tremblant de perdre leurs privilèges, qui a défaut de pouvoir tenir un discours politique d’avenir, s’arcboutent sur leur titre, leur place, leur chaise et qui, pour tenter de « sauver leurs fesses » comme l’a très justement dit Marion Maréchal-Le Pen sur le plateau de BFMTV, appellent à leur secours un hypothétique front républicain.

Les ennemis d’hier, dans un geste désespéré crient au loup… toujours la même rengaine catastrophique de ceux qui portent la responsabilité du déclin de la France, toujours ce même surf maladroit sur la peur qu’ils veulent instiller chez les françaises et le français, ces vagues d’exagérations dont le ridicule, comme l’écume, mousse et finalement s’estompe, car seule la vérité tient. Alors hier soir, à l’issue de ce premier tour, il n’y a plus de programme politique, un seul combat subsiste : faire battre le Front National, un seul objectif persiste « sauver leurs fesses », et les Français « ils s’en foutent ! », ou presque, car rejouant leur front républicain, ils entendent maintenant dans « un grand élan démocratique » dicter aux françaises et français ce qu’ils doivent voter.

Une voix discordante s’est pourtant élevée au travers de ce spectacle nauséabond. Une voix de femme, qui en 4 minutes, parle de responsabilité, s’adresse au peuple français, dresse le combat politique et idéologique à venir, nous rappelle aux grandes heures et aux grands hommes de la France, appelle à se tourner vers l’avenir. Marine Le Pen à tenu ce discours positif, fédérateur, dynamique. Quand tous se regardaient le nombril et se plaignait, quand tous ne pensaient plus qu’à leur petite personne, Marine Le Pen incarnait la fonction présidentielle :

« Mes chers compatriotes,
Vous m’avez portée au second tour de l’élection présidentielle.

J’en mesure l’honneur, avec humilité et reconnaissance.
Je voudrais vous exprimer, à vous, électeurs patriotes français, ma plus profonde gratitude.

La première étape qui doit conduire les Français à l’Elysée est franchie.

Ce résultat est historique.
Il fait reposer sur moi désormais la responsabilité immense de la défense de la nation française, de son unité, de sa sécurité, de sa culture, de sa prospérité et de son indépendance.

Il s’interprète également comme un acte de fierté française, celui d’un peuple qui relève la tête ; celui d’un peuple sûr de ses valeurs et confiant en l’avenir.

Il n’a échappé à aucun Français, que le système a cherché par tous les moyens, même les plus contestables, à étouffer le grand débat politique qu’aurait dû être cette élection.

Ce grand débat va maintenant, enfin, avoir lieu. Les Français doivent saisir cette opportunité historique qui s’ouvre.

Car le grand enjeu de cette élection est la mondialisation sauvage, qui met en danger notre civilisation.

Les Français ont un choix très simple :

Soit nous continuons sur la voie d’une dérégulation totale, sans frontières, et sans protection, avec comme conséquences : les délocalisations, la concurrence internationale déloyale, l’immigration de masse, la libre circulation des terroristes.
Ce règne, c’est celui de l’argent roi.

Soit vous choisissez la France, des frontières qui protègent nos emplois, notre pouvoir d’achat, notre sécurité, notre identité nationale.

Vous avez donc le choix de l’alternance.
La vraie.
Pas celle qui a vu des gouvernements se succéder sans que rien change.

Celle que je vous propose, c’est la grande alternance, l’alternance fondamentale, qui mettra en place une autre politique, d’autres visages au pouvoir, et le renouvellement auquel vous aspirez.

Ce n’est évidemment pas avec l’héritier de François Hollande et de tous les échecs de ce quinquennat catastrophique, que cette alternance tant attendue viendra.

Il est temps désormais de libérer le peuple français, tout le peuple, sans oublier nos compatriotes d’Outre-Mer qui ont exprimé à mon égard une confiance qui m’honore, il est temps de libérer le peuple français d’élites arrogantes qui veulent lui dicter sa conduite.
Car oui je suis la candidate du peuple.
Je lance un appel à tous les patriotes sincères, d’où qu’ils viennent, quelles que soient leurs origines, quel qu’ait été leur parcours, et leur vote au premier tour, à me rejoindre.
Je les appelle à sortir des querelles périmées, des a priori et des ressentiments parce qu’il y va de l’intérêt supérieur du pays.

C’est l’essentiel, vraiment l’essentiel, qui est en jeu : la survie de la France.

Je les appelle à l’unité nationale derrière notre projet de redressement.
Nous les accueillerons fraternellement.

Le 8 août 1943, le général de Gaulle le rappelait à Casablanca : « la grandeur d’un peuple ne procède que de ce peuple ».
C’est ce principe qui, durant les mille cinq cents ans de son histoire, a façonné la France que nous aimons.
C’est ce principe que je mettrai en œuvre.

Le rassemblement du peuple français auquel chacun aspire ne peut se faire qu’autour de l’amour de la France.
Vive le peuple français !
Vive la République !
Vive la France ! »

Allocution de Marine Le Pen, candidate à la Présidence de la République Française, 23 Avril 2017

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *