Cherbourg, entre leurre et réalité…

Depuis plusieurs jours, les élus de la Communauté Urbaine de Cherbourg sont en campagne. Une Campagne pour vanter les mérites supposés d’une grande intercommunalité cherbourgeoise. La chose n’est pas facile…

Alors pour faire la passer la pilule, ils ne reculent devant rien : des articles dans la presse locale, un reportage de 3mn dans le journal de 13 heures de TF1, des publications dans toutes les boîtes aux lettres comme le magazine « Convergences« .
A chaque fois le même discours, avec un curseur qui varie habilement de la nécessité de s’adapter à un état défaillant (dirigé par le PS) qui diminuera prochainement ses subventions aux communes, à la notion de progrès. Car dans ce monde (presque) merveilleux dirigé par le PS, le progrès c’est oublier ce qui a fait la richesse de notre pays depuis des années. La fin des communes (déjà mise en oeuvre avec le rapprochement de Cherbourg et d’Octeville), la fin des départements (volonté du pouvoir socialiste), au profit de grands ensembles urbains déconnectés du citoyen ou de super-régions (dont la découpage administratif est souvent aberrant) imposées par l’union européenne.

Alors que depuis 50 ans, c’est le couple Département-communes qui prime dans la conception et l’organisation des politiques locales, le Gouvernement souhaite aujourd’hui favoriser le couple région-intercommunalités à qui il confie de nombreuses missions. Une Europe élargie donc, et des régions qui deviennent avec les intercommunalités les acteurs de référence de la politique locale.
Convergences, le magazine de la Communauté Urbaine de Cherbourg – N° de Juin 2015

Tout est dit ici. Le Hic, c’est que la bonne parole est un mono-discours réservé aux promoteurs de l’intercommunalité.
De débat, il n’en est pas prévu; seules des réunions publiques pour faire la messe aux habitants seront organisées à grand renfort de publicité.
De consultations citoyennes non plus ! Même si le Front National de Cherbourg a demandé un référendum des habitants des cinq villes de la Communauté Urbaine de Cherbourg concernées (Cherbourg-Octeville, La Glacerie, Tourlaville, Equeurdreville-Hainneville, Querqueville); conformément au programme national du FN qui prône la consultation des français lors des réformes majeures, .
En clair ceux qui ne sont pas d’accord doivent se taire, voir non même pas droit à la parole ! une conception toute relative de la Démocratie que nous ne partageons pas avec ces élus PS et de droite (pour Querqueville).

Mais au delà de la forme, le Front National tient à rappeler le principal :

  • la situation économique et sociale de Cherbourg-Octeville est dramatique !
  • les intercommunalités existantes (Cherbourg-Octeville ou Equeurtdreville-Hainneville) n’ont rien apportées aux citoyens si ce n’est des impôts élevés et un taux de foyers modestes record… Assurément, l’intercommunalité permettra une chose : le partage de la misère et l’augmentation des impôts locaux pour les communes les mieux loties.
  • et vous ne trouverez dans l’argumentaire des élus aucune proposition pour régler les vrais problèmes quotidiens des habitants de la Communauté Urbaine de Cherbourg: paupérisation, chômage, désertification économique, disparition du commerce de proximité… (Dans le dernier numéro du magazine Convergence, cité ci-dessus, aucune de ces thématiques, pourtant bien réelles, n’apparait en quatre pages de promotions de l’intercommunalité…)

Et pour éviter toute accusation de catastrophisme (le seul argument restant généralement à nos adversaires), nous nous permettons ici de rendre bien concrètes trois évidences du bilan de la « socialie » à Cherbourg :

  • La paupérisation de Cherbourg :

arrt_PDM_2015-05-05

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Presse de la Manche – Vendredi 05 Juin 2015

  • Vers la fin du commerce de centre-ville et de proximité…

  • Impôts locaux : Cherbourg-Octeville, le mauvais exemple de la Communauté Urbaine !

impots locaux CUC 2012

 

Le communiqué de presse du FN Cherbourg (11 Juin 2015) :

Cherbourg, entre leurre et réalité…

Que d’énergie dépensée par les élus municipaux de Cherbourg et des autres villes de la CUC pour faire valoir leur projet de grande intercommunalité! Pour le Front National, ce projet n’est qu’un leurre qu’on imposera aux habitants (puisqu’il semble maintenant acquis que la population ne sera pas consultée comme le souhaitait le Front National). Un leurre pour cacher une triste réalité : des décennies de gestion socialiste auront conduit Cherbourg sur la même voie que la France, celle du déclin.

Cherbourg est une ville qui se meurt, sa population diminue d’années et années, la situation économique s’aggrave, et notre ville pointe désormais au palmarès des communes qui se paupérisent. 20% des ménages Cherbourgeois vivent sous le seuil de pauvreté (rapport INSEE 2015)! La situation de l’emploi à Cherbourg est à l’image de celle de la France, catastrophique; et ce ne sont pas les plans sociaux en préparation, comme à AREVA (500 emplois supprimés) qui vont améliorer le sort de nos concitoyens! Pendant que les élus PS s’épanchent dans la presse pour vanter le programme d’aides sociales de la ville, ils ne cessent de cautionner les décisions politiques d’un président et d’un gouvernement qui ont créé plus de 600 000 nouveaux demandeurs d’emplois en 3 ans, un record !

Il devient donc urgent de s’interroger sur l’avenir de notre ville.. La seule priorité qui semble agiter l’esprit des élus, c’est de créer une grande intercommunalité. Certes le taux de pauvreté sera mécaniquement dilué dans ce grand ensemble; mais là encore il ne s’agira que d’un leurre, le nombre de ménages en difficulté ne diminuera pas pour autant!. Le partage de la pauvreté ne s’arrêtera pas là, il y a fort à parier que les contribuables seront encore sollicités. Il n’est pas d’exemple en France où les créations de ces super-structures urbaines n’aient pas créé des doublons administratifs et de nouveaux coûts de fonctionnement. Aux utopiques économies promises, la réalité des impôts locaux qui augmentent s’oppose! Quand à la politique de la ville, l’exemple de la passerelle à 4 millions d’euros laisse présager du pire. A Cherbourg, alors que le commerce de centre-ville souffre et que chaque mois, des commerçants mettent la clé sous la porte, les élus PS dépensent pour faciliter l’accès à la grande distribution des Eléis. La réussite du projet Cazeneuve est à ce prix et sans surprise : voilà des années que le centre-ville de Cherbourg est sacrifié. Aux pieds des maires PS successifs, la friche urbaine de la rue de la Paix, et au coeur de la ville la lente agonie de la place centrale… Le trompe-l’oeil à 300000€ des peintures au sol des rues piétonnes n’est qu’un leurre de plus! Reste l’argument des subventions de l’état : Quand les élus locaux tentent de masquer le désengagement de l’état PS en échafaudant des parades administratives locales, le Front National élabore un projet politique novateur où l’état-Nation assume ses responsabilités sur tout le territoire, en se donnant les moyens d’une véritable relance économique.

Assurément, tout nous oppose à ces élus qui traînent le boulet de leur médiocre bilan. Aux boniments qui rassurent, nous ne craignons pas de dire la vérité; à ceux qui doutent encore, de constater la réalité. Il existe une alternative au déclin, à l’échec, et aux promesses sans lendemain, c‘est le Front National et les millions de français qui, lassés du spectacle d’une vieille aristocratie politicienne, deviennent acteur d’un vrai changement politique!

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *