Commune Nouvelle de Cherbourg, le Front National informe sur le terrain

Depuis plusieurs jours les militants du Front National de Cherbourg arpentent les rues de la Communauté Urbaine de Cherbourg pour faire entendre une autre voix que le son de cloche officiel relayé à grand renfort de médias. Plus de 25000 tracts ont été distribués sur les marchés et dans les boîtes aux lettres des habitants de Tourlaville, Querqueville, Equeurdreville-Hainneville, Cherbourg-Octeville, La Glacerie. Ces opérations vont continuer tout le mois d’août. Et visiblement l’accueil est excellent !

 

 

Il n’est pas rare que la discussion s’engage avec nos compatriotes qui profitent des beaux jours. Deux constantes ressortent de ces discussions à bâtons rompus :
1) une inquiétude évidente des habitants sur le devenir de leur commune, qui se concrétise, après discussion par un rejet fort de ce projet engagé par le PS de la Communauté Urbaine de Cherbourg et le maie de droite de Querqueville. On comprend mieux dès lors que ces élus se soient opposés à tout référendum !
2) la reconnaissance de nos compatriotes qui constatent que seul le Front National apportent une autre vision que celle dépeinte par le discours officiel et vient à eux pour leur expliquer.

Ce dernier point est intéressant, car pour la commune nouvelle de Cherbourg, comme pour les autres grands sujets de société (chômage, immigration, impôts), il est aujourd’hui évident que seul le Front National propose des mesures clivantes et se donnent les moyens de les faire connaître à nos compatriotes en allant régulièrement sur le terrain. Ce qui tanche avec les ballades électoralistes que l’RPS (Républicains et Parti Socialiste) ne manqueront pas de ré-organiser dans quelques mois pour abreuver de promesses en tous genres, juste avant les élections régionales de Décembre.

Vous trouverez à la fin de cet article le tract distribué aux habitants des communes qui vont disparaître, absorbées dans le magma de la commune nouvelle : Cherbourg-Octeville, Equeurdreville-Hainneville, Querqueville, La Glacerie, Tourlaville.

Mais d’abord, voici cinq questions qui reviennent souvent auxquelles le Front National de Cherbourg vous répond :

1. Nos villes vont-elles disparaître ?

C’est malheureusement le risque programmé au terme du processus de création de la commune nouvelle. La possibilité de suppression des communes fusionnées est effective soit à l’initiative des élus des communes fusionnées, soit de l’état, ou d’1/3 des citoyens… Pour cette dernière option, il est facile d’imaginer le « travail d’éducation » qui pourra être fait par les forces politiques en place auprès de leurs sympathisants. Le débat inexistant pour la création de la commune nouvelle cet été, laisse présager du pire.

LOI-commune-nouvelle_extrait1

2. La pauvreté à Cherbourg est-elle si élevée ? Que va apporter la commune nouvelle ?
arrt_PDM_2015-05-05.jpg

En effet la pauvreté à Cherbourg atteint des seuils inquiétants et dépasse de loin la moyenne nationale pour des agglomérations comparables.

Nous vous proposons de vous référez à l’article de la Presse de la Manche du 5 Juin 2015, une double page après la parution du rapport de l’INSEE. Ci-contre la une.

A la question « que peut apporter la commune nouvelle ? », concrètement, pour les ménages en difficulté : RIEN !
En effet le regroupement de cinq communes en une, ne va pas créer de richesses, ni d’emploi; et les ménages pauvres n’y verront aucun changement.

Par contre la fusion des communes permettra le partage de la misère, d’une part parce que cette fusion facilitera la réorganisation sur une échelle plus large des logements sociaux et les ex-communes les mieux loties seront « naturellement » amenées à une plus forte contribution. Ensuite parce que, mathématiquement le taux de pauvreté sera « dilué » par l’augmentation du nombre d’habitants (non-pauvres) qu’apporteront les ex-communes fusionnées.

En clair, de l’enfumage : la commune nouvelle ne diminuera pas le taux de pauvreté (qui continuera d’augmenter étant donné la situation catastrophique de l’économie locale, l’augmentation sensible du chômage, et la multiplication d’accueils de ménages issus de l’immigration en situations précaires et souvent non régularisés.

3. La commune nouvelle va permettre des économies nous dit-on; et de toucher des dotations de l’état plus importantes; c’est plutôt une bonne chose, non ?

Si la création d’une nouvelle structure administrative en France créait des économies :
ce serait une première !

Article-FigaroVox-le-nouveau-poste-de-président-délégué-va-couté-114-millions Nous vous proposons d’ailleurs cet exemple bien  réel et très récent de l’effet multiplicateur de postes et de dépenses lors de fusions administratives :

Dans le cas présent, il s’agit de la fusion des régions soutenue par le PS et la droite.
114 millions de plus à débourser par le contribuable ou à ajouter annuellement à la dette de la France!

Le comble, c’est que la création du poste de « Président délégué de région » est décidé par des responsables politiques qui ne seront peut-être pas (probablement pas) réélus après les élections de Décembre ! Un abus de pouvoir en plein été quand les feux médiatiques sont tournés vers les plages plutôt que vers les assemblées…

En réalité, le constat qui est fait sur tout le territoire, et régulièrement rappelé par la cour des comptes, c’est que les créations de grandes intercommunalités ne créent pas d’économies; au contraire elles génèrent des coûts structuraux et ponctuels.

Structuraux car il n’y aura pas de suppressions de services administratifs, un « nouvel étage  » sera ajouté et les doublons seront mécaniquement créés (sauf à ce que les maires délégués des ex-communes se lancent dans une politique de licenciements dans leurs services administratifs et d’exploitation). Concernant la masse salariale des élus, elle ne sera pas non plus révisée à la baisse, même si à terme, la loi prévoit un plafonnement du nombre d’élus (mais pas de baisse du volume global des indemnités).

Ponctuellement, à sa création, une commune nouvelle entraîne la révision totale de « l’image » de toutes les communes fusionnées (et disparues). Les conséquences économiques (évidemment supportées par le contribuable) ne sont pas anodines et peuvent atteindre des millions d’euros. Dans cette case vous pouvez prévoir le remplacement de tous les panneaux de voiries, la refonte de toute la communication des villes, la modification de tous les supports administratifs, la révision de tous les systèmes informatiques (voir leur changement quand il faut assurer une compatibilité non-existante), etc…
Bref des p’tits sous, encore des p’tits sous, et toujours des p’tits sous…
Les vôtres, chers concitoyens !

Concernant les dotations de l’état, il est vrai que la création de la commune nouvelle va permettre de maintenir ces dotations. De maintenir… Pas d’augmenter (les dotations nouvelles reprennent celles des anciennes communes et de l’intercommunalité) ! Et encore pour une durée déterminée puisque la loi prévoit trois ans. Après… C’est la grande inconnue législative et tout politicien qui s’engagerait au-delà de cette durée aurait vocation à se reconvertir en Madame Irma, médium de son état !

Au Front National, nous préférons une autre solution, l’engagement de l’état comme colonne vertébrale de la Nation, et l’arrêt d’une décentralisation anarchique et du désengagement de l’état dans des secteurs qui devraient être régaliens comme l’administration du territoire, le transport, l’énergie, la gestion de l’eau, etc…

4. Nous payons déjà beaucoup d’impôts, que va-t-il se passer avec la commune nouvelle ?

Nous venons de le voir ci-dessus, la création d’une commune nouvelle va engendrer des coûts nouveaux et supplémentaires qu’il faudra bien financer. Peu d’économies seront faites, d’autant que l’organisation mutualisée des services d’exploitation est déjà existante soit par accord intercommunaux ou dans le fonctionnement de la Communauté Urbaine de Cherbourg.

impots locaux CUC 2012Mais la face cachée de l’iceberg de la commune nouvelle de Cherbourg, c’est l’évolution des impôts locaux dans toutes les communes fusionnées. Car Cherbourg-Octeville est la ville ou le taux d’imposition est le plus élevé. (Cherbourg-Octeville est une commune fruit de la fusion de Cherbourg et d’Octeville voilà quelques années. Nous en mesurons aujourd’hui le résultat).

Alors après le partage de la misère dont nous vous avons expliqué les ressorts en réponse à la question 2, voici le double effet « kiss & pas cool », le partage des richesses !
Dans la commune nouvelle, tout le monde à la même enseigne : cela s’appelle l’équité. Mathématiquement cela conduit aussi à relever les impôts partout où ils sont les plus faibles : Contribuables de Querqueville, Touralville, La Glacerie, Equeurdreville-Hainneville :
« à vot’bon coeur« , contraints et forcés !

5. Pourquoi ce projet est-il lancé en plein été ? Pourquoi n’avons nous pas notre mot à dire ?

Demandez leur !
En ce qui nous concerne, le Front National de Cherbourg a demandé un référendum.

D’abord parce que c’est un engagement du programme de Marine Le Pen que de consulter les citoyens sur toutes les grandes décisions structurant l’organisation et l’avenir de la Nation, ou localement, de leur ville.

Ensuite parce qu’il nous semble que la disparition de communes, du tissu territorial français, de plusieurs centaines d’années d’histoire, ne peut être que du seul fait de quelques dizaines d’élus agités par une volonté politique et dogmatique de casser les repères des citoyen français.

Toujours parce que le premier rôle du politique est de respecter ceux qui lui ont donné, non pas le pouvoir (comme se l’arrogent ces petits politiciens élus de la Communauté Urbaine de Cherbourg), mais le devoir de responsabilité. Et en la matière, nous pouvons largement, par exemple, nous interroger sur leur propension à dépenser inutilement. Est-ce bien responsable dans une ville pauvre et endettée comme Cherbourg de dépenser des centaines de milliers d’euros pour des peintures éphémères (durée de vie = 4 ans max) au sol des rues piétonnes de Cherbourg ? Est-ce bien responsable dans une ville où les liquidations de commerces en centre-ville ne cessent d’augmenter, de dépenser 4 millions d’euros dans une passerelle dont la vocation est de vider un peu plus le centre-ville de ses badauds pour les orienter vers une grande surface ? Est-ce bien responsable de favoriser à tout va la grande distribution, quand on voit son comportement face aux producteurs français et les conséquences dramatiques d’un marchés contrôlé par une minorité de grands acteurs économiques qui n’ont comme seul objectif que le profit pour leur minorité ? Est-il bien responsable de dépenser à Equeurdreville-Hainneville pour des « arbres à musiques » qui à part d’effrayer les oiseaux, n’ont aucun intérêt social ou culturel et encore moins économique ? Est-il bien responsable dans des villes où le chômage ne cesse d’augmenter, d’accueillir des migrants à qui la collectivité paie le logement, l’aménagement, les soins… et qui ne participent en rien à la vie économique de la commune ? Nous pourrions, malheureusement, poursuivre cette trop longue liste d’interrogations !

Enfin pour ce qui différencie fondamentalement le Front National du PS ou de la droite des auto-proclamés Républicains: le projet de société.
Quand, les élus de ces formations politiques donnent des leçons de démocratie à tout va et à qui veulent les entendre; dans le même temps, ils imposent leurs projets et leurs lois sans consultation citoyenne et souvent l’été, quand les français devraient pouvoir s’évader de la routine journalière en toute tranquillité, ou quand l’assemblée nationale est vide (ou presque) de ses députés.

Au Front National, nous voulons au contraire des communes à taille humaine ou le pouvoir politique est proche du citoyen. Nous voulons des villes où il fait bon vivre en toute sécurité, avec des centres-villes qui sont des coeurs battants et pas des rues et places en voie de désertification. Nous préférons les commerces qui respectent et qui valorisent les producteurs et les fournisseurs aux temples de la consommation de produits d’importations qui in-fine détruisent l’emploi en France. Au partage de la misère et à l’égalitarisme de droite et de gauche, nous prônons une autre voie, celle du progrès social, sociétal et national !

Ci- dessous le tract « commune nouvelle«  distribué tout l’été aux habitants de Querqueville, Tourlaville, La Glacerie, Equeurdreville-Hainneville, Cherbourg-Octeville, ainsi que le communiqué de presse « Commune nouvelle de Cherbourg : entre leurre et réalité… »

tract_FN-Cherbourg_Commune-nouvelle-Cherbourg_rectotract_FN-Cherbourg_Commune-nouvelle-Cherbourg_verso

télécharger ce tract du FN Cherbourg au format PDF en cliquant sur les liens ci-dessous

TRACT-2015_07_CUC_RECTO

TRACT-2015_07_CUC_VERSO

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE FRONT NATIONAL DE CHERBOURG
Commune nouvelle de Cherbourg : entre leurre et réalité...

Que d’énergie dépensée par les élus municipaux de Cherbourg et des autres villes de la CUC pour faire valoir leur projet de grande commune nouvelle ! Pour le Front National, ce projet n’est qu’un leurre qu’on imposera aux habitants (puisqu’il semble maintenant acquis que la population ne sera pas consultée comme le souhaitait le Front National). Un leurre pour cacher une triste réalité : des décennies de gestion socialiste auront conduit Cherbourg sur la même voie que la France, celle du déclin.

Cherbourg est une ville qui se meurt, sa population diminue d’années en années, la situation économique s’aggrave, et notre ville pointe désormais au palmarès des communes qui se paupérisent. 20% des ménages Cherbourgeois vivent sous le seuil de pauvreté (rapport INSEE 2015)! La situation de l’emploi dans la Communauté Urbaine de Cherbourg est à l’image de celle de la France, catastrophique; et ce ne sont pas les plans sociaux en préparation, comme à AREVA (500 emplois supprimés) qui vont améliorer le sort de nos concitoyens! Pendant que les élus PS s’épanchent dans la presse pour vanter le programme d’aides sociales de la ville, ils ne cessent de cautionner les décisions politiques d’un président et d’un gouvernement qui ont créé plus de 600 000 nouveaux demandeurs d’emplois en 3 ans, un record !

Il devient donc urgent de s’interroger sur l’avenir de notre ville.. La seule priorité qui semble agiter l’esprit des élus, c’est de créer une commune nouvelle. Certes le taux de pauvreté sera mécaniquement dilué dans ce grand ensemble; mais là encore il ne s’agira que d’un leurre, le nombre de ménages en difficulté ne diminuera pas pour autant!. Le partage de la pauvreté ne s’arrêtera pas là, il y a fort à parier que les contribuables seront encore sollicités. Il n’est pas d’exemple en France où les créations de ces super-structures urbaines n’aient pas créé des doublons administratifs et de nouveaux coûts de fonctionnement. Aux utopiques économies promises, la réalité des impôts locaux qui augmentent s’opposent! Quant à la politique de la ville, l’exemple de la passerelle à 4 millions d’euros laisse présager du pire. A Cherbourg, alors que le commerce de centre-ville souffre et que chaque mois, des commerçants mettent la clé sous la porte, les élus PS dépensent pour faciliter l’accès à la grande distribution des Eléis. La réussite du projet Cazeneuve est à ce prix et sans surprise : voilà des années que le centre-ville de Cherbourg est sacrifié. Aux pieds des maires PS successifs, la friche urbaine de la rue de la Paix, et au coeur de la ville la lente agonie de la place centrale… Le trompe-l’oeil à 300000€ des peintures au sol des rues piétonnes n’est qu’un leurre de plus! Reste l’argument des subventions de l’état : Quand les élus locaux tentent de masquer le désengagement de l’état PS en échafaudant des parades administratives locales, le Front National élabore un projet politique novateur où l’état-Nation assume ses responsabilités sur tout le territoire, en se donnant les moyens d’une véritable relance économique.

Tout nous oppose à ces élus qui traînent le boulet de leur médiocre bilan. Aux boniments qui rassurent, nous ne craignons pas de dire la vérité; à ceux qui doutent encore, de constater la réalité. Il existe une alternative au déclin, à l’échec, et aux promesses sans lendemain, c’est le Front National et les millions de français qui, lassés du spectacle de cette caste politicienne, deviennent acteurs d’un vrai changement politique!

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *