Croissance et chômage, le « gouvernement de combat » de Valls fort dans les défaites !

Voilà donc que l’on peut mesurer les premiers résultats du « gouvernement de combat » voulu par le Président Hollande et dirigé par le 1er Ministre Manuel Valls. Rappelons-nous les mots d’un Président de la République, grave, ce soir du 31 Mars 2014, après un cuisant échec électoral aux élections municipales : « la première mission qui lui incombe » est de « relancer l’économie » nous disait-il…


François Hollande nomme Valls à la tête d’un… par lemondefr

  • Bis répétitas fin Juin 2014 ! Une nouvelle fois, les chiffres du chômage en France sont désastreux. Les échos titraient d’ailleurs ce 26 Mai :

La barre des 5 millions de chômeurs a été franchie en mai !

Précisant dans l’article : « Pôle emploi a recensé 24.800 chômeurs de catégorie A de plus en mai. Le chômage des jeunes est reparti à la hausse. Depuis janvier, la France compte 500 nouveaux sans emploi de plus par jour.« … »Le constat est inquiétant : depuis le début de l’année, le nombre de chômeurs de catégorie A a bondi de 81.000. Dit autrement, la France avance au rythme de plus de 500 nouveaux chômeurs par jour, week-end compris. C’est trois fois plus que sur les cinq derniers mois de 2013, quand le gouvernement promettait encore une inversion prochaine de la courbe du chômage. Cette époque est révolue et au vu des résultats actuels.« … »Le tableau est encore plus sombre en ajoutant les chômeurs de catégorie B et C, ceux qui ont en partie travaillé dans le mois. La hausse atteint alors 34.300 et la barrière des 5 millions de chômeurs des catégories ABC en France métropolitaine est désormais franchie. Leur total atteint 5.020.200 (5,32 millions avec les DOM), autre record historique. Toutes les catégories d’âge ont été frappées par la hausse, avec +0,4 % chez les jeunes et +0,8 % chez les seniors. Comme chaque mois, le nombre de chômeurs de longue durée a atteint un nouveau sommet. On compte même à présent 636.000 personnes inscrites à Pôle emploi depuis plus de trois ans ! »

  • Inexorablement le nombre de chômeurs augmente dans le pays, quand dans le même temps, il est à la traîne des croissances mondiales :

La croissance ne repart pas, selon l’Insee

« Dans sa dernière note de conjoncture, publiée mardi 24 juin, l’institut table sur une croissance de seulement 0,7% pour 2014 soit moins que la prévision du gouvernement qui est de 1%. Le chômage augmenterait légèrement pour atteindre 10,2%. Mais le pouvoir d’achat progresserait. »… »Le désaveu pour l’exécutif est important. Dans sa dernière note de conjoncture publiée mardi 24 juin, l’Insee met à mal la prévision de croissance du gouvernement de 1% pour 2014. Le 11 juin, le Haut Conseil aux Finances publiques avait déjà émis des doutes sur cet objectif. Michel Sapin avait alors répondu que ce chiffre « peut parfaitement être atteint ». Cela ne semble pas vraiment être l’avis de l’Insee qui anticipe, pour l’ensemble de l’année 2014, une hausse de 0,7%. En outre, l’institut table sur un chômage à 10,2% de la population active à la fin de l’année, Outre-mer compris, contre 10,1% actuellement. Plus globalement l’Insee reste dubitatif quant à la vigueur de la reprise, titrant sa note de conjoncture « la croissance revient mais ne décolle pas ».« 

croissance_recap
source : http://www.lafinancepourtous.com/html/IMG/pdf/fiches_reperes/Fiche_repere_croissance.pdf

  • Les chiffres sont évidents, les tendances générales ne trompent pas : les politiques menées par l’UMPS sont en trompe l’oeil. Des impasses qui conduisent inexorablement et inévitablement le pays et notre peuple à la ruine ! Le Front National à évidemment réagit, nous publions ci-dessous le communiqué de presse :

FNCommuniqué de Presse du Front National –

Les chiffres du chômage au mois de mai, en très forte augmentation (+ 24800 demandeurs d’emplois pour la seule catégorie A), illustrent l’échec continue de la politique économique d’inspiration européenne, mise en œuvre par François Hollande et avant lui par l’UMP.

Face cette réalité dramatique, qui inciterait n’importe quel responsable public à changer de politique économique, le gouvernement s’obstine dans ses erreurs et sombre dans le déni.

Déni quant aux effets désastreux de la politique qu’il conduit, et déni de sa responsabilité particulière, en refusant de s’exprimer, et donc de présenter aux Français la réalité de la situation du chômage dans notre pays.

Le Front National renouvelle ses exigences d’un changement radical de politique économique, en s’attaquant enfin aux raisons structurelles du chômage de masse en France, en particulier l’euro qui tue notre compétitivité, et l’ouverture totale des frontières économiques, qui aggrave le rythme intense des délocalisations et des fermetures d’entreprises.

 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *