La charcuterie française plongée dans la crise, en grande partie pour des raisons confessionnelles

image

Tous les chiffres sont dans le rouge : production en repli de 1,4%, 1.100 emplois supprimés, des investissements en chute libre (-40%) par rapport aux dernières années et des exportations en baisse de 5%.
Les industriels de la charcuterie ont connu en 2013 une année noire, s’est alarmée mardi 17 juin leur fédération (Fict).

Seule la consommation reste quasi-stable (-0,4%). Les ventes aux particuliers augmentent même de 1,2%, mais la consommation hors-domicile chute de 4,7%. « Nous connaissons vraiment un coup de frein, c’est la pire crise de notre histoire”, a commenté auprès de l’AFP Robert Volut, président de la Fict, à l’occasion du bilan annuel du secteur.

La charcuterie bannie de la restauration collective pour des motifs religieux

« Le bannissement de la charcuterie en restauration collective pour des raisons confessionnelles ces trois/quatre dernières années pèse et on n’arrive pas à redresser la barre », commente Robert Volut. L’année en cours ne s’annonce pas meilleure, prévient-il, surtout si la guerre des prix dans la grande distribution continue ainsi.

Le décompte est simple, illustre Robert Volut: depuis 10 ans, les prix de la viande de porc ont augmenté de 28%, ceux des produits transformés vendus à la grande distribution de 7% et le prix de vente aux consommateurs par la grande distribution de 14%.

Source RTL

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *