La tartufferie du jour : au PS c’est buvez nos paroles et avalez des couleuvres…

 

non-a-la-hausse-de-la-tva-MENSONGE-PSTVA – Cette affiche de la campagne présidentielle de François Hollande pourrait faire sourire, s’il n’avait pas lui même augmenté quelques mois après son élection la TVA, une taxe qui pèse sur le pouvoir d’achat de tous les français…

ECONOMIE – l’assurance des mots,le déni dans les actes : le PS parle de nuire à la croissance et à l’emploi, et aujourd’hui tous ses ténors se désolent d’une croissance nulle alors que tous leurs actes politiques sont dans la continuité de ceux qui ont déjà échoués…

EMPLOI – l’inversion de la courbe du chômage, cette belle formule de campagne électorale à laisser place à une autre réalité, beaucoup plus cruelle, qui se résume par une succession ininterrompue de hausses du nombre de demandeurs d’emploi et des records successifs du nombre de chômeurs depuis bientôt trois ans…

Au PS, c’est buvez nos paroles et avalez nos couleuvres ! Ce tweet de Jean-Marc Ayrault, ex-Premier Ministre PS de Hollande ne nous démentira pas, comme le nouveau ministre du travail François Rebsamen d’ailleurs :

Car, c’est bien lui, Jean-Marc Ayrault, qui dès sa prise de fonction, décidait de l’allongement des durées de cotisation, en clair : un recul du départ à la retraite à 62 ans !

François Rebsamen-PSEt le nouveau Ministre du travail, François Rebsamen, qui n’a pas plus brillé par la médiocrité de ses résultats en matière d’emploi, d’ajouter le Mardi 9 Décembre sur France 3 que, face à l’augmentation du déficit des régimes de retraites (la cour des comptes annonce 11 milliards en 2018) : « S’il faut progressivement, c’est d’ailleurs prévu dans la loi Ayrault, allonger la durée de cotisation, eh bien nous le ferons, puisqu’il est normal que, quand l’espérance de vie s’allonge, on allonge proportionnellement les durées de cotisation ».

Créant l’émoi du peuple de gauche, et le désarroi des français devant avaler une couleuvre de plus, les propos du Ministre du travail furent immédiatement dénoncés par la Ministre de la santé, Marissol Touraine. La parole d’une ministre de la santé sur ce sujet économique et social ne suffisant visiblement pas à rassurer nos compatriotes, c’est le premier Ministre Valls qui tenta ensuite d’éteindre la polémique. Mais peu importe, le problème des retraites reste le même, les allégations de l’un ou les dénégations de l’autre ne réduisent pas le trou des régimes de retraites!

Ces discours contradictoires, ces promesses non tenues, ces engagements trop vite oubliés auraient pu être la tartufferie du jour*, mais NON. La tartufferie que nous dénoncerons aujourd’hui est plus profonde que la comédie que nous joue les ténors du PS.

La tartufferie* du jour c’est de laisser croire à nos compatriotes que l’on peut soigner un cancer avec de simple pansement. Car l’allongement de la durée de cotisation, l’augmentation des cotisations, la diminution des pensions ne sont que des pansements qui n’endigueront jamais le mal, au mieux ils cachent la misère. Il nous faut accepter de faire le constat que les mesures mises en oeuvres par le PS sont les mêmes que celles de l’UMP et qu’elles ne solutionnent en rien les maux du pays. Pire, elles permettent de cacher la réalité du désastre en cours et à venir.

>>> L’UMPS partage le même constat de manque de croissance, d’échec de l’Europe, d’incapacité à changer les tendances profondes que nous connaissons depuis des années : désindustrialisation, déficit de notre commerce extérieur, augmentation massive des importations, délocalisations dans tous les secteurs d’activités, augmentation du chômage, augmentation de la dette publique, appauvrissement de notre système de santé, destruction du système de couverture sociale, baisse de la qualité de notre éducation….

>>> Mais L’UMPS partage les mêmes politiques, il n’y a que la couleur qui change. Sarkozy, Hollande ou leurs prédécesseurs n’ont de cesse de s’attaquer aux conséquences multipliant des « petits soins » douloureux pour la population française (hausse des impôts, augmentation du nombre de cotisation pour les retraites, diminution du remboursement des médicaments, diminution de l’allocation chômage, suppression ou baisse des niveaux de contrôles de l’éducation-suppression des notes, suppression des redoublements, notation des épreuves du bac pour se conformer aux objectifs de réussite….)

Notre système de retraite, comme tous les autres régimes sociaux et plus globalement la situation financière de l’état (aujourd’hui sur-endetté à hauteur de 2000 milliards d’euros) ne pourra s’équilibrer que quand le modèle économique permettra de créer de nouveau de l’emploi (et donc des cotisations sociales) pour les 6 millions de chômeurs ou quasi chômeurs inscrits à Pole Emploi.

En cela, la solution d’attendre depuis 2008 que la croissance revienne comme par miracle n’a aucun sens. Il est nécessaire d’être courageux et de retrouver nos moyens de relance de l’économie que sont la monnaie nationale, un Etat stratège, un patriotisme économique et un protectionnisme intelligent. Le retour aux frontières, l’arrêt de l’immigration (donc de l’augmentation encouragée par l’état nombre de demandeurs d’emplois) s’imposent. Il est nécessaire que l’état français agisse pour mettre en adéquation le nombre de demandeurs d’emploi et le volume d’emplois à pourvoir. Deux variables sur lesquelles le Front National va agir, quand l’UMPS, depuis des années, administre la France dans le déni de la réalité !
Sans cela, l’âge de départ à la retraite ne cessera d’être augmenté et les retraites seront sans cesse rognées.

* Tartufferie : hypocrisie, dissimulation, tromperie

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *