Manche : ABATTOIRS AIM à SAINTE-CECILE

Abattoirs-AIM-MancheLes abattoirs AIM à Sainte-Cécile sont menacés de disparaître et c’est 350 salariés, et une centaine d’emplois indirect qui vont en payer le prix !

COMMENT EN EST-ON ARRIVE LA ?

Sainte-Cécile, c’est d’abord un drame humain, avec des hommes et des femmes qui se retrouvent ou qui risquent de se retrouver au chômage, sachant qu’en un an le chômage a augmenté de 5% en Basse-Normandie.

Ce sont des chômeurs en plus, sans oublier les dégâts collatéraux multiples dans l’artisanat, le commerce et la vie de tous les jours.

C’est donc un drame pour le nouveau canton de Villedieu-Percy.

Et pendant ce temps là, les irresponsables de l’UMPS, dont un certain monsieur Philippe Bas, Haut fonctionnaire, Énarque, Sénateur et Vice-président du Conseil Général, vont continuer à clamer haut et fort « VIVE L’EUROPE, VIVE L’EURO ».

SAUF QUE, L’UNION EUROPEENNE, C’EST :

  • 26 millions de chômeurs dont 5 millions de chômeurs français
  • Un euro trop fort qui ne peut pas être dévalué et qui plombe nos exportations, la dévaluation se faisant sur le dos des salariés français via leurs salaires (pas d’augmentations et matraquage fiscal en hausse constante, pour satisfaire, paraît-il, au traité budgétaire européen).
  • Une quasi déflation pire que l’inflation.
  • Une absence de convergence sociale et fiscale, au détriment des français.
  • Des directives sur la libre circulation des biens et des personnes, alors que notre classe dirigeante n’a pas permis à nos entreprises d’être compétitives.
  • Une Directive sur le détachement de travailleurs étrangers qui viennent concurrencer nos propres travailleurs.

Commentaire et position du Front National de la Manche :

Merci pour votre analyse qui met en lumière le problème de fond que connaisse les abattoirs AIM dans la Manche et plus largement tous les centres de transformation de la viande dans notre pays.

C’est notamment le dernier point que vous soulevez qui explique le mal des abattoirs en France, GAD en Bretagne, AIM en Normandie, et après… Ce qui plombe la transformation de la viande en France, c’est la concurrence déloyale dans l’union européenne, ce « grand marché » dont les ténors de l’UMPS nous ventent la nécessité absolue et les bienfaits sociaux économiques, alors que toute l’actualité, les bilans, comme les tendances démontrent à la fois l’échec des politiques et les dangers qu’elles font encourir aux peuples d’Europe, aux français.

C’est en l’occurrence l’Allemagne qui, utilisant des travailleurs détachés polonais dans des conditions sociales que nous ne pouvons cautionner, trust le marché de la transformation de la viande. C’est l’Allemagne, mais ce pourrait-être n’importe quel autre pays de l’union européenne :
les salariés français des abattoirs sont des victimes de l’union européenne!
Ce ne sont pas les discours des élus locaux UMPS, et l’argent du contribuable déversé à fonds perdus (9 millions d’euros à ce jour pour AIM) pour tenter de maintenir en survie les abattoirs de la Manche et de France qui offrent un avenir à long terme à cette filière.
En réalité, il faut changer, sur le fond, la politique assassine que nous connaissons depuis des années.
Nous produisons toujours de la viande, et en France, nous mangeons toujours de la Viande : aussi la stratégie politique, doit être de maintenir la transformation en France. Seul le Front National peut s’engager sur ce choix, car seul le Front National ne veut plus faire de la France le vassal de l’union européenne et de ces lois anti-sociales! La raison, économique, écologique, sociale, nous impose de produire, de transformer, de vendre et de consommer localement.

Le Front National souhaite le rétablissement des frontières physiques, économiques et sociales. C’est pourquoi le Front National s’oppose résolument aux politiques de dumping social comme la loi qui autorise l’exploitation des travailleurs détachés. C’est pourquoi le Front National aura recours aux droits de douanes pour contrer les concurrences déloyales en sanctionnant les importations qui ne respectent pas un équilibre social, ou des règles sanitaires édictées dans l’intérêt des consommateurs…

Les candidats du Front National de la Manche aux élections départementales ont aussi la ferme intention, si les manchoises et les manchois les placent aux responsabilités du département lors des scrutins des 22 et 29 Mars, de mettre en place les circuits courts. Là encore, il s’agit d’une mesure de bon sens que le Front National entend mettre en oeuvre sur tout le territoire français. Les circuits courts c’est, autant que faire ce peut, produire, transformer, vendre et consommer local. C’est une des solutions au mal des agriculteurs, des pêcheurs, des industries agro-alimentaires, du commerce de proximité, et de la santé des consommateurs. C’est l’une des solutions du Front National. Dans la Manche, nous entendons mettre en place les structures  coopératives nécessaires pour permettre à la restauration collective du département (administration, cantines scolaires…) de participer activement à la vie économique locale, à ce que nous nommons le patriotisme économique. Par ailleurs, les circuits courts ont un intérêt écologique non négligeable. Le développement de l’agriculture locale participe à l’Ecologie de notre territoire en préservant nos campagnes; les circuits courts, c’est aussi moins de transport, moins de pollution. Le Front National, par les solutions qu’il propose, oeuvre à une écologie efficace, quand d’autres formation font de l’écologie politique, et sont dans l’incantation voir dans le dogmatisme d’une écologie punitive.

Aux élections départementales 2015 du 22 et du 29 mars, en votant Front National, sanctionnez ceux qui nous ont conduits à ce FIASCO.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *