Marine Le Pen, en tête des sondages pour un premier tour d’élections présidentielles

Le début du mois d’Août 2014 est marqué par de graves crises internationales, Irak, Palestine, Libye, Ukraine, là où l’inconséquence Atlantiste et européïste s’ingère, là vient le chaos. En France, l’ordre républicain n’est pas assuré et les communautarismes s’expriment dans la rue par la violence sous le regard impuissant du Ministre de l’intérieur Cazeneuve… Croissance égale à 0, progression du  chômage, fiscalité épuisante, les conférences sociales ne sont plus que de pâles comédies dont les français, à raison, se désintéressent tout autant que des pactes sans avenir, même et surtout quand ils sont qualifiés « de responsabilité », une valeur dont tout à chacun se demande encore si ceux qui nous dirigent en ont, ne serait-ce qu’une vague idée du sens.

Une lueur d’espoir cependant. Marine Le Pen apparaît dans un récent sondage en tête d’un premier tour d’élections présidentielles, si celui-ci devait avoir lieu demain. La Présidente du Front National interrogée sur RTL rappelle sans triomphalisme que ce n’est que logique puisque le Front National est, depuis les élections européennes, le premier parti de France.

« Nous pouvons gagner en 2017 ». Nous pouvons gagner les élections présidentielles, car quelque soit le nom de notre adversaire, celui-ci sera le candidat de l’UMPS, il incarnera la succession de dirigeants qui ont laissé sombrer la France, quand leurs décisions ne sont pas, tout simplement, responsables du déclin. Quelque soit notre adversaire, il sera le représentant de politiques du passé. Et, quand il flattera les français de nouvelles promesses qu’il ne saura pas lui non plus tenir, le genou à terre, il portera un peu plus allégeance à une Union Européenne boulet d’une Europe millénaire qui sombre sous le poids d’une technocratie affairiste.

« Il ne nous manque qu’une campagne électorale » et nous serons là, toujours plus nombreux pour la mener. L’arrogance européïste, les guerres d’intérêts de partis moribonds dont les premières batailles sont déjà menées à l’UMP comme à gauche, et surtout le bilan de l’incapacité des Sarkozy, Hollande, Jupé, Fillon, Valls et consorts rappelleront aux françaises et français, qu’il existe une alternative. Nous sommes « ce choix radicalement différent », nous sommes ceux qui défendent les français, nous sommes l’avenir de la France quand l’UMPS n’est qu’une triste parenthèse historique de l’histoire de notre nation. En 2017, nous devons gagner…
pour notre peuple, pour notre pays, pour la France !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *