PARLONS COMPETITIVITE

Le monde paysan est en crise. Crise du porc, de l’élevage, du lait. Pour ne citer que ces crises. Dans les médias, les agriculteurs et leurs représentants syndicaux se plaignent de ne pas être compétitifs. La France étant ce qu’elle est et les français ce que nous savons, ce ne sont pas les 24 mesures technocratiques habituelles du gouvernement qui redonneront de la compétitivité à l’agriculture française. A ce stade du sinistre économique en cours, une seule solution, mais sujet tabou, sauf quand il s’agit des grecs. Une sortie de la zone euro, qui se traduirait par une dévaluation importante et des gains de compétitivité à l’export. Pour mémoire. Mitterrand. Trois dévaluations au cours du premier septennat. Les chinois. Récemment, trois dévaluations en trois jours. Ce qui ne les empêche pas de racheter nos entreprises, nos vignobles…Aux dernières nouvelles, le ministre Le Foll veut traiter en priorité la question de l’harmonisation sociale et fiscale en Europe, sauf que les autres pays n’en veulent pas. Xavier Beulin de la FNSEA réclame trois milliards sur trois ans pour retrouver la compétitivité perdue, sauf que les caisses sont vides. Personne pour suggérer une sortie de la zone euro hormis le Front National.

On voit bien que l’idéologie dominante sur l’euro en France a encore de beaux jours devant elle; sauf que : dès ce mois de Décembre et en Mai 2017, les français ont le pouvoir de rompre avec une continuité gauche-droite destructrice.

Pour les régionales 2015, en Décembre, je vote Front National
Pour les présidentielles de 2017, je vote Marine Le Pen

 
 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *